Skip to main content

Essai sur des mesures tenant vraiment compte de l’urgence climatique.

Jean-Philippe Scalbert, Dipl. Ing EPFZ

Lien avec l’essai:Essai-climat-202211.pdf

Résumé

A ce jour les problèmes climatiques et énergétiques ont pris une ampleur planétaire.  Ingénieur EPFZ de formation, j’ai exercé ma profession au service des bâtiments de Bâle et j’ai acquis une large expérience dans le domaine de la gestion de l’énergie, de la gestion des déchets, de la protection de l’environnement et de l’équipement technique des bâtiments. A ma retraite je me suis engagé dans un combat politique contre un projet immobilier dans la commune de St-Blaise où je suis domicilié. 

Aujourd’hui, mu par le souci de ne pas rester inactif face à l’urgence, j’ai décidé de concentrer mon expérience et mes compétences dans un essai dont le but est d’expliciter des évidences que les politiciens n’osent pas formuler par peur de déplaire à leurs électeurs, et de montrer des pistes qui pourraient contribuer à écarter le danger de la catastrophe planétaire qui nous menace.

Le dérèglement du climat et la menace de pénurie énergétique étaient prévisibles. Et les recommandations de notre gouvernement pour que la population adopte quelques gestes connus depuis belle lurette, sonnent de manière dérisoire face à l’ampleur de ce qui nous menace.

Il n’y a pas que les élus politiques et les patrons qui ne prennent pas leurs responsabilités. Le citoyen lambda, comme si de rien n’était, en bon spécimen d’«Homo Ludensis», continue à s’amuser, à se divertir et à dénier ou fuir la réalité. Finalement, en boudant les urnes, il se soumet à la tutelle de quelques politiciens qui, majoritairement, représentent des intérêts privés en se fichant bien de l’intérêt public.

Quelques exemples de comportements grégaires et de fausses décisions politiques illustrent à qui incombe la responsabilité de la débâcle actuelle. Comme les analyses statistiques le montrent, ce sont les domaines de la mobilité et du bâtiment qui sont les principaux émetteurs de CO2.

Le rétablissement des bonnes priorités devrait permettre d’accélérer la cadence de la lutte contre le dérèglement climatique. Il s’agit donc de mettre en place en priorité les mesures qui touchent à ces deux domaines d’activités. Certaines mesures sont réalisables sans changement notoire de mode de vie. D’autres requièrent une remise en question de certains acquis, notamment dans le domaine des loisirs.

Pour réussir la gageure d’une action efficace et rapide il faut en premier un changement des conditions cadres qui en permettent la réalisation. Il faut s’appuyer sur des lois et des ordonnances. Donc sur des législateurs prêts à changer ces lois. Dans la constellation actuelle, les intérêts privés pèsent trop sur le paysage politique pour qu’une dynamique de changement s’instaure. Il y a donc besoin d’une révolution politique.

Et ce changement profond doit partir de la base. L’abstention doit disparaître et l’engagement doit émerger de la plus petite collectivité, c’est à dire des communes. Le nombre des engagés est le seul à pouvoir vaincre le pouvoir des lobbies de l’économie.

Pour réaliser cette révolution, il faut des outils juridiques, financiers et de communication.

Actuellement, dans aucun parti  la parole ne correspond aux actes. La création d’un nouveau parti, défenseur du climat, de la justice sociale et fortement déterminé dans son action doit voir le jour : le Parti Des Verts Sociaux Radicaux.

Un dernier appel pour éviter la débâcle!

Le Tribunal Cantonal rejette le recours de l’ADSB (Association pour le Développement harmonieux de St-Blaise) contre le rejet du Conseil d’État. Il fallait s’y attendre. Ce qui est surprenant, c’est que face à cette nouvelle, le Comité de l’ADSB se propose d’abandonner le combat, donc de renoncer à recourir auprès du Tribunal Fédéral, bien que les membres viennent majoritairement d’en approuver la poursuite. Le comité estime à tort qu’il y aurait trop peu de chance de gagner.

Un soutien financier de dernière minute pourrait-il le remotiver?

Contrefiche-No-25_1.pdf

Est-ce cela qui nous attend?

Il y a un an, j’ai abandonné la lutte

Il y a un un an, faute de moyens et faute d’appui, j’ai renoncé à recourir contre la décision du Conseil d’Etat de rejeter mon recours contre le rejet de mon opposition à la modification du Plan d’aménagement local de St-Blaise, uniquement destinée à permettre la construction de 3 immeubles de 15 m de haut en pleine nature. Je laissais la responsabilité de la lutte à l’Association pour le Développement Harmonieux de St-Blaise (ADSB).

Voir ci-dessus Contrefiche No 25

Contrefiche-No-24.pdf

 

Manifeste pour une politique climatique cohérente

 

Chères sympathisantes et chers sympathisants à « Chauderons non merci »

Quoique m’étant retiré de toute activité politique locale, faute de soutien, et le combat contre le projet des Chauderons n’étant pas terminé, bien que rangé provisoirement dans les tiroirs de l’administration cantonale, je me permets de continuer à vous communiquer quelques unes de mes réflexion et de mes émotions.
Tout d’abord j’aimerais vous adresser (un peu tardivement) en musique et  image mes meilleurs voeux pour 2021,
Avec un peu de musique latine pour démarrer l’année avec énergie et optimisme:
Et avec deux belles images prises du  Chemin des Longues Rayes:
Au bout de la grisaille, sur l’autre rive du lac, luit l’espoir d’une année 2021 exempte de virus

Ce Chemin des Longues Rayes, je le parcours tous les jours, c’est mon élixir.  Il y a quelques mois, en automne, je l’ai découvert libre de pylônes électriques! Et ceci grâce au projet des Chauderons!, Mais oui! En effet, pour éliminer l’argument de la conduite à moyenne tension passant trop près des immeubles, le groupe E a  été probablement « incité » à enterrer cette ligne de moyenne tension.
Mais que les éventuels futurs habitants des Chauderons ne se réjouissent pas trop vite. Si les ondes électromagnétiques engendrées par la ligne à moyenne tension auront disparu, elle auront été vite remplacées par celle émises par cette horrible antenne 5G érigée contre un corps de bâtiment de la ferme du Villaret, à quelles mètres du site des Chauderons! Oh ironie du « sort »… et merci pour la vue
Lorsque je déambule sur le chemin des Longues Rayes, je me perds volontiers dans mes réflexions politiques. C’est avec la Contrefiche No 23, une sorte de manifeste pour un parti politique qui n’existe pas encore, que j’aimerais vous transmettre ces convictions en espérant qu’elles vous inciteront à la réflexion et qu’au demeurant elles rejoindront les vôtres.

Elections Communales du 25 octobre 2020 à St-Blaise, quels élus voulons-nous?

A la veille des élections communales du 25 octobre 2020, il me semble important que les électeurs et les électrices encore indécis(se)s soient informés sur la manière dont les élus sortants ont géré l’argent du contribuable lors des deux dernières législatures. En considérant quelques chiffres tirés des Procès-Verbaux du Conseil Général on peut dresser un bilan qui n’est pas exhaustif mais édifiant. Ce bilan ébranle la confiance que je suis prêt à accorder aux élus sortants. Jutiliserai donc un bulletin blanc pour soutenir les quelques candidats sortants à qui je fais confiance et je donnerai leur chance à tous les nouveaux candidats. 
Si un grand nombre de citoyens et citoyennes sortaient de leur mutisme et décidaient de s’engager activement pour la lutte contre le dérèglement climatique, la réaction à l’urgence climatique ne serait pas un vain mot mais la concrétisation d’une politique d’investissement focalisée sur la protection de l’environnement dans le respect d’une justice sociale. C’était le sens de mon essai, avorté, de formation d’un Groupe Verts à St-Blaise. En 2024 peut-être ?

Contrefiche-No-22

Avec votre aide, toutes les chances de notre côté!

Après un long silence, ma Contrefiche No 21 est comme à l’origine consacrée au projet immobilier des Chauderons. Le combat n’est plus public mais il continue. Mon document  vous met au courant de l’état des lieux. Mais il est aussi un appel aux dons. Car pour préserver les chances de gagner jusqu’au Tribunal fédéral, des fonds que je ne possède pas seront indispensables.
Télécharger, distribuer:  Contrefiche No 21

Les Verts de Saint-Blaise proposent la pose de panneaux solaires sur les toits des bâtiments du Port

Télecharger Contrefiche-No-20                    Télécharger Motion-Port-PV.pdf

Le parti des Verts de St-Blaise qui été fondé il y a seulement quelques semaines a le plaisir de remettre au Conseil communal une motion populaire signée par plus de 60 citoyennes et citoyens. Pour rappel, selon la Loi neuchâteloise sur les Droits Politiques, une « motion populaire communale » permet à «un groupe d’habitants du village de demander au Conseil général de mandater le Conseil communal d’étudier une proposition concrète». 

La motion que nous soumettons aux élus propose de planifier l’étude et l’installation d’une centrale photovoltaïque sur les toits des bâtimentscommunaux du port de Saint-Blaise et d’envisager d’en placer la réalisation avant celle de projets dont l’urgence ne nous semble pas avérée, tel celui de la réfection de la Maison de Commune ( 2 millions de Frs !).

Notre motion a été très bien accueillie, ce qui a permis une récolte de signatures très rapide et fructueuse puisque, malgré les obstacles dûs au COVID 19, plus de 60 signatures ont été récoltées alors que 41 (le nombre de Conseillers généraux) sont exigées.

Selon les calculs effectués par un bureau d’ingénieur spécialisé St-Blaisois, il serait possible de produire plus de 60’000 kWh par année sur les toits des bâtiments communaux du Port, de quoi alimenter une vingtaine de ménage !

Avec ce projet écologique et rapidement réalisable, nous aimerions contribuer à ce que  l’urgence climatique ne soit pas laissée pour compte malgré les remous du COVID 19.

A la veille des élections communales du 25 octobre 2020, nous voulons d’une partmontrer avec cette proposition que notre jeune groupe politique est soucieux d’offrir à la population Saint-Blaise une alternative concrète aux partis dits «traditionnels». Notre ambition est de proposer des solutions tellement convaincantes que la réponse à celles-ci soit un unanime «just do it !».

Nous voulons d’autre part inciter jeunes et moins jeunes, suisses et étrangers, domiciliés à Saint-Blaise et âgés de plus de 18 ans à nous rejoindre pour une donner à notre village un sang politique nouveau, basé sur le respect des valeurs humaines et environnementales.

Adressez vous pour cela à notre président Mr Joël Sandoz, st-blaise@verts-ne.chou 079 449 02 71.

Pour la formation d’un groupe des Verts neuchâtelois à Saint-Blaise!

Dans la Contrefiche annexée je vous propose de créer une vraie alternative aux partis actuellement représentés au Conseil général, car à l’heure ou la nature souffre de plus en plus du réchauffement climatique, j’ai l’espoir que parmi celles et ceux qui m’ont soutenu dans mon combat contre les Chauderons, de nombreuses personnes soient prêtes à s’engager activement au sein d’un groupe d’élus Verts.